FAQ

Foire aux questions

Toutes les réponses aux questions que vous vous posez concernant notre site de vente en ligne (délai, stock, livraison…) et nos bétons décoratifs (mise en oeuvre, résistance…)

Questions généralistes

Le béton décoratif est un terme qui englobe plusieurs types de béton utilisé comme revêtement muraux ou de sol. Il existe le béton ciré, le béton lissé, le béton marbré, le béton imprimé, le béton matricé…

Nous distribuons nos produits en ligne sur notre e-shop ou depuis notre showroom basé à Aix-en-Provence. Nous n’avons aucun autre revendeur en France, cependant nous livrons tous les départements donc il est tout à fait possible de commander en ligne.

En qualité de fabricant, nous distribuons nos produits, mais ne nous chargeons pas de leur pose. Cependant, si vous cherchez un artisan qualifié, vous pouvez nous contacter via l’onglet Trouver un artisan. Nous vous ferrons alors profiter des coordonnées de notre réseau.

Béton lissé

Le béton lissé est un revêtement décoratif qui s’applique sur une faible épaisseur. En moyenne, il faut compter 4 à 5 mm pour un rendu et une résistance idéals.

Théoriquement, le béton lissé peut être appliqué en épaisseur plus importante sans altérer ses propriétés mécaniques.
Toutefois, il est vivement conseillé de réaliser préalablement un ragréage pour rattraper le niveau si besoin et de n’appliquer que 4 mm d’autolissant. D’une part, pour des raisons économiques et d’autre part pour l’aspect esthétique.
En effet, plus l’autolissant est coulé en épaisseur importante, plus il va se rétracter au séchage. La surface sera alors moins belle car le grain risque d’être apparent. Il perdra de son côté « lisse ».

Le béton lissé s’applique uniquement sur des surfaces planes. En effet, son caractère autonivellant, le rend incompatible avec les pentes car la matière glisserait vers le bas.

Le béton lissé peut être appliqués sur un grand nombre de surfaces lisses et stables, comme une chape béton ou ciment, un ancien carrelage…
Il faut toutefois le bannir sur des supports fissurés ou instables comme le bois (ancien parquet)
Sur les supports présentant des aspérités ou des différentes de niveaux (joints de carrelage), il est nécessaire de les redresser avec un primaire adapté et un ragréage (ou de la colle à carrelage).

Le béton lissé possède des propriétés autolissantes et autonivelantes. Par conséquent, il s’utilise exclusivement sur des surfaces horizontales. Sur les murs, vous pouvez appliquer du béton ciré qui aura lui aussi un aspect lisse mais avec des effets.

Le béton lissé dispose de propriétés auto-lissantes. Il se coule, il s’étend naturellement jusqu’à la rencontre d’un obstacle (mur, bordure…). Ainsi, il est possible de l’appliquer sur un plan de travail à condition que ce dernier soit cerclé.

Le béton lissé est destiné principalement à une application sur sols. Aussi, sa protection est nécessaire contre les taches et les pas.
Il est vivement conseillé d’utiliser un vernis bi-composant, plus résistant d’un monocomposant en phase aqueuse ou solvant.
Dans notre gamme, vous pourrez opter pour le « Master Vernis PU Ecodur », un vernis bi-composant en phase aqueuse à base de polyuréthane, spécialement formulé pour les sols à trafic intense, les pièces d’eau et les plans de travail.

La fissuration du béton lissé, si elle a lieu, ne sera pas due au produit en lui-même car il n’est appliqué que sur 4 mm à titre décoratif. Elle dépend du support qui se trouve dessous (carrelage, béton…). Si ce dernier n’est pas sain, il peut bouger au fils des années et se fissurer. Il entraînera par conséquent la fissuration du revêtement décoratif à sa surface.
Si vous avez des doutes sur le support, vous pouvez en prévention appliquer une trame sur toute la surface avant de la recouvrir par l’autolissant.
Sur des grandes surfaces, il est recommandé de créer des joints périphériques, afin que l’autolissant ne jointe pas directement le bas des murs. Ils permettront d’éviter la détérioration du béton lissé. Afin de combler les quelques millimètres laissés vides, vous pouvez venir appliquer une plinthe ou une baguette métallique.

Béton imprimé

La dalle est béton doit respecter les normes du DTU (Document Technique Unifié) du bâtiment. Pour une utilisation piétonne, l’épaisseur minimale recommandée est de 8 cm. Pour un passage de véhicule, l’épaisseur minimale est de 15 cm. Dans tous les cas, la dalle doit être obligatoirement ferraillée et des joints de dilatation doivent être créés.

Il faut couler un béton composé d’au moins 30% de ciment pour une résistance suffisante. Un béton dosé à 350kg convient parfaitement. Aucun adjuvant n’est nécessaire. Il est fortement déconseillé d’utiliser un retardateur. La prise du béton aura lieu plus tard mais sera plus rapide, il sera donc impossible d’imprimer sur la fin.

Le béton imprimé peut être appliqué sur une dalle fraiche ou sur une dalle existante (en béton ou carrelage). L’ancien support doit être sain et non fissuré. On utilise alors la technique de la microchape en ajouter un mortier fibré et teinté sur environ 1,5cm d’épaisseur.

Il se peut qu’au fil des années, votre béton imprimé se ternisse. Cela s’explique par l’abrasion du vernis en surface du fait des agressions extérieures (passage de véhicules, intempéries…). Ce problème se solutionne très rapidement en appliquant une nouvelle couche de vernis de finition. Dans le cas où le vernis (ou la résine) appliquée était à base de solvants, nous vous conseillons le Masters Vernis Extérieur. Dans le cas où il s’agissait d’une formulation en phase aqueuse, nous vous conseillons de rappliquer une couche de Masters Vernis Ecolex.

La durée de vie d’un béton imprimé est estimée à plus de 30 ans. Il a fait ses preuves depuis de nombreuses années aux Etats-Unis où il est utilisé pour revêtir les allées des parcs d’attractions Disney Land.

Il n’y pas « un » modèle plus simple à utiliser qu’un autre, mais plutôt un type d’empreinte dont la pose est peu complexe. Il s’agit des « peaux et textures » qui permettent d’imiter diverses motifs de roche (granit, travertin, ardoise…). Ce type d’empreinte à l’avantage de ne pas présenter de bords délimités au contraire des lames de bois ou des pavés. Ainsi, il n’y a pas de raccord à faire lorsqu’on les applique. Elles peuvent être tournées voire superposées sans altérer le motif final. En effet, à l’état naturel, la roche ne présente pas un motif régulier. C’est en jouant avec le sens de l’empreinte qu’on obtient le résultat le plus naturel et convainquant.

Les empreintes doivent être nettoyées dès la fin du chantier, au jet à haute pression, pour les débarrasser de tous les résidus d’agent démoulant. Il faut ensuite les entreposer à plat pour éviter qu’elles se cassent ou se tordent sous leur propre poids.

Une fois protégé (vernis), le béton imprimé s’entretient très facilement à l’aide d’un jet à haute pression. Grâce sa résine en surface, les saletés n’accrochent pas et peuvent être nettoyé à l’eau. Il est recommandé de repasser une couche de vernis tous les 5 ans pour le protéger et le raviver.

Le béton imprimé est tout à fait adapté aux climats froids et rudes puisqu’il s’agit de béton. Cependant, un entretien plus spécifique est conseillé car le gel et le sel sont assez abrasifs pour le vernis de finition. Pour une durabilité à long terme, il est recommandé de renouvellement la couche de protection tous les 1 ou 2 ans.

Le béton imprimé est accessible à tous les bricoleurs ayant des compétences en maçonnerie. Il est notamment nécessaire de savoir couler et tirer une dalle de béton. Les particuliers peuvent tout à fait réaliser le chantier eux-mêmes s’il s’agit d’une petite surface (moins de 40m²). Pour des surfaces plus importantes, nous vous conseillons de faire appel à un professionnel.

La couleur finale d’un béton imprimé dépend de 2 produits distincts : le durcisseur coloré et le démoulant coloré. C’est la combinaison des teintes de ces 2 produits qui permet d’obtenir la teinte du rendu final. Ainsi, vous l’aurez compris, il ne faut donc pas choisir une mais deux couleurs.

Nous avons rédigé tout un article à ce sujet, nous vous invitons à le consulter.

Béton ciré

Le béton ciré s’applique sur tous les supports stables, sains et plans (neufs ou anciens). Par exemple, conviennent le Placoplatre, un vieux carrelage, une dalle en béton, du verre, du bois… Il faut toutefois s’assurer que la surface est suffisamment lisse et qu’elle ne nécessite pas d’être redressée. En effet, le béton ciré ne s’applique que sur 2 mm d’épaisseur, il ne peut être utilisé comme enduit de rebouchage pour réguler des aspérités.

L’avantage du béton ciré est qu’il permet la rénovation de surfaces sans casser le support existant. Sur un ancien carrelage, la seule préparation à effectuer est le rebouchage des joints s’ils sont trop creusés ou importants. Pour cela, il est nécessaire de faire une « passe à zéro » avec de la colle à carrelage ou un mortier de rebouchage afin de manière à obtenir une surface lisse. Si des carreaux sont fissurés ou cassés, il faut veiller à les retirer car ils créent une surface instable et risquent de mener à la fissuration de l’enduit en surface. Dans le cas de carreaux bord à bord, cette étape peut être sautée.

Le béton ciré peut tout à fait être posé en extérieur, ses caractéristiques techniques le lui permettent.
—> voir le kit complet extérieur

Par contre, il faut comprendre qu’un béton ciré correctement réalisé sera parfaitement lisse. Or, en extérieur, sous la pluie, il peut devenir extrêmement glissant et être dangereux. Pour pallier à cet inconvénient, il est possible d’ajouter un antidérapant dans le vernis de finition. Cependant, il est un peu « dommage » d’avoir fait l’effort de réaliser un revêtement lisse (Béton Ciré), pour ensuite le rendre antidérapant. En résumé, en extérieur, il est préférable de réserver le béton ciré pour les murs ou les sols couverts. Si vous recherchez un revêtement pour le sol, pensez également au béton imprimé ou au béton matricé qui comportent naturellement des reliefs permettant une adhérence.

Malgré son nom de « béton », le béton ciré se présente sous la forme d’un enduit à base de ciment. Il ne se coule mais s’applique à la lisseuse (au platoir ou au couteau) généralement en 2 couches. Il se travaille comme de la chaux ou du tadelakt et non comme un ragréage.

Si vous recherchez un béton à couleur, il faut se tourner vers le béton lissé (autolissant).

Le béton ciré est très solide, beaucoup plus que du béton classique. De plus, le vernis de protection permet de le nettoyer facilement et de le protéger des tâches (huile, eau, vin…) à condition que ce dernier soit bi-composant ou epoxy.

Malheureusement, un béton ciré ne peut pas être « réparé » par une rustine, que ce soit lors de l’application (après séchage) ou quelques années plus tard. En effet, toute marque de reprise se verra. Une couche complète doit être applique sur l’ensemble de la surface.

Peu importe le support, le béton ciré compris dans les kits reste le même. Ce qui change, cependant, c’est le vernis de finition qui diffère suivant les surfaces à traiter et la protection attendue.

Le vernis de finition dépendra des surfaces à traiter et de la protection souhaiter. Pour un sol, une douche ou un plan de travail, par exemple, il est nécessaire de choisir un vernis bi-composant pour une bonne protection. Sur des murs, un vernis monocomposant pourra suffire. En extérieur, il faudra choisir un autre type de résine.

Un béton ciré peut tenir une vingtaine d’années s’il est bien entretenu et que le support qu’il recouvre ne bouche par dans le temps. Pour cela, il est conseillé de rappliquer une couche du vernis de protection tous les 3 à 5 ans, suivant l’abrasion du support.

i vous béton ciré se terni c’est que le vernis de protection à sa surface n’est plus assez protecteur. Pour cela, rien de plus simple, il faut rappliquer une nouvelle couche. Cette étape intervient généralement tous les 3 à 5 ans.

Théoriquement cela ne pose pas de problème car le béton ciré est un produit bi-composant constitué de charges minérales et de liant (résine à base de polymères acryliques). Il tient donc sur toutes les surfaces, même les plus inclinés, sans couler car il s’agit d’une pâte. La mise en œuvre risque toutefois d’être plus compliquée et longue.

Grâce à sa composition à base de polymères acryliques, le béton ciré s’accroche à toutes les surfaces lisses et inclinés, sans glisser ni se décoller. Il est tout à fait possible de l’appliquer sur du verre ou une vitre par exemple.

Une fois appliqué en 2 couches puis poncé, le béton ciré est toujours mat. Ce qui le rend satiné ou brillant c’est le vernis de finition en surface. Cependant, il est tout à fait envisageable d’appliquer un vernis mat pour conserver l’aspect brut du vernis. Dans notre gamme, il faut opter pour le Masters Vernis PU Ecodur en finition matte.

Béton matricé

Le béton matricé se différencie du béton imprimé par son absence de relief. Son rendu est lisse en surface, les motifs sont uniquement colorés et n’apparaissent pas en 3D.

Pour réaliser un béton matricé, on utilise une matricé, sorte de « pochoir » géant par-dessus laquelle on vient projeter du béton ou déposer des durcisseurs colorés (suivant qu’il s’agisse d’un béton frais ou non).

La matrice est un consommable qui ne peut être réutilisé.
Fabriquée en carton plastifié, elle se retrouve emprisonnée dans le mortier lorsqu’il commence à sécher. Il faut donc l’arracher pour laisser apparaître les motifs.

La matière constituant la matrice est un carton plastifié, semblable à ceux des briques de lait ou de jus de fruits.

Béton marbré

Le béton marbré s’applique sur tous les supports poreux et lisses : chape anhydrite ou liquide de plancher chauffant, dalle béton, dalle à l’hélicoptère, chape ciment, ragréage, béton imprimé taché ou terni…

En effet la lasure doit pouvoir s’imprégner dans le support. Cependant elle n’apporte pas de matière et de permettra pas de changer l’aspect de surface du support. Si celui-ci présente des irrégularités ou des aspérités, ces dernières seront conservées.

Les effets de marbrures dépendant de l’outil utilisé pour appliquer la lasure.
Exemple 1 : Avec un pulvérisateur, vous obtiendrez un effet de gouttelettes.
Exemple 2 : Avec une brosse spalter, vous pourrez papillonner la lasure.

Toutes nos lasures sont miscibles entre elles. Si vous ne trouvez pas votre bonheur parmi les 16 teintes du nuancier, vous avez la possibilité de faire vos propres mélanges pour obtenir la teinte désirée.

Avant d’appliquer la lasure, il convient d’utiliser un préparateur qui va ouvrir les pores du support. En effet, ces derniers ont été fermés lorsque la dalle a été lissée. Une fois la porosité ouverte, la lasure va pouvoir imprégnée le support, sans rester en surface.

Il est indispensable de vernir n’importe quel type de bétons décoratifs afin de le protéger des agressions (tâches, traces de pas…) et de lui permettre de conserver sa couleur d’origine.

Dans le cas du béton marbré, puisqu’il s’agit d’une lasure qui teinte en surface un support existant, la résistance dépend du support qu’elle vient recouvrir (ragréage, chape ciment…). Pour la résistance au poinçonnement, à la fissuration… il faut s’en tenir aux caractéristiques du support de base.
La résistance aux tâches sera quant à elle identique si vous appliquez un vernis bi-composant adapté aux sols, tel que le Masters Vernis PU Ecodur.


Call Now Button